En tant qu’organisation qui prône la place de la femme au sein de la société, nous avons tenu bon de mettre en relief les grands gains historiques des femmes, des productrices agricoles et ceux de l’Union des producteurs agricoles depuis le dernier siècle.

Le simple fait de se rappeler de ces grandes étapes permet de mettre en perspective qu’historiquement, ces avancées sont récentes et restent fragiles. Ce sont les combats de nos mères, grands-mères et arrières-grands-mères qui ont permis d’atteindre une société plus juste et plus égalitaire.

Toutefois, tout n’est pas encore gagné. Il suffit de penser à la réouverture du débat sur le droit à l’avortement, à l’équité salariale ou à l’atteinte de la parité au sein des instances décisionnelles.

Dans le cadre du 30e anniversaire de création, les Agricultrices du Québec ont fouillé dans les archives et ont rédigé un petit recueil sur l’histoire et les réalisations. De plus, il y a un cahier spécial dans l’édition du 25 octobre que vous pouvez consulter en ligne.
30ansFAQ FINAL
6.9 MiB
Détails
CSTP 2017-10-25 Final
2.1 MiB
Détails

Légende

histoire de l’UPA
histoire des femmes
histoire de la Fédération des agricultrices du Québec

1924 – Fondation de l’Union catholique des cultivateurs (UCC)
Suite à une situation économique désastreuse, quelque 2 400 cultivateurs se réunissent à Québec pour fonder l’UCC.« Voilà bien l’un des événements les plus heureux de ces derniers temps. Et l’on ne songe point, sans quelque tristesse, que cette « Union », si raisonnable, n’a pu naître cependant qu’à grand’peine. Elle est née et elle mérite de vivre. Et il faut faire des vœux ardents pour qu’elle vive. » (L’Action française, 1924)

1929 – Fondation du journal La Terre de chez nous.
1931 – Une femme mariée sous le régime de la communauté de biens peut disposer de son salaire et des biens acquis avec celui-ci.
1934 – Les femmes mariées peuvent désormais ouvrir, à leur nom, un compte en banque.

1940 – Les Québécoises obtiennent le droit de vote et le droit d’éligibilité au provincial.

« Les suffragettes de Thérèse Casgrain ont passé des années à se battre pour permettre aux femmes de voter au Québec. De 1922 à 1939, 13 projets de loi en ce sens ont été rejetés à l’Assemblée nationale. »

1943 – Promulgation de la Loi de l’instruction obligatoire. La loi qui rend l’école obligatoire jusqu’à l’âge de quatorze ans aura un effet positif sur la scolarisation des filles.
1956 – Loi sur la mise en marché des produits agricoles.
1960 – Le gouvernement fédéral autorise la commercialisation de la pilule contraceptive.
1964 – Adoption au Québec d’une Loi contre la discrimination dans l’emploi.
1964 – Le Québec adopte la Loi sur la capacité juridique de la femme mariée. La promulgation de la Loi 16 qui modifie les droits civils des femmes, met fin à l’incapacité juridique des femmes mariées et atténue la puissance maritale et l’autorité paternelle – les époux sont dorénavant considérés comme des partenaires dans la direction morale et matérielle de la famille.
1964 – Le Rapport Parent démocratise l’éducation, favorisant ainsi l’accès des filles aux études postsecondaires et aux professions. Il recommande les classes mixtes et la gratuité scolaire.
1968 – Adoption par le parlement fédéral de la Loi sur le divorce qui autorise le divorce – l’adultère n’est plus dorénavant le seul motif de divorce autorisé. La Loi reconnait que la cruauté physique ou mentale est un motif suffisant pour demander et obtenir un divorce.
1970 – Régime d’assurance-maladie et Réseau de la santé et des services sociaux.
1971 – Programme de prestation de maternité au sein du régime fédéral d’assurance-chômage.
1972 – Loi des producteurs agricoles
L’UCC change de nom pour devenir l’Union des producteurs agricoles.
L’UPA est reconnue comme le porte-parole officiel de tous les producteurs agricoles québécois. Elle obtient le pouvoir de retenir des cotisations obligatoires et des contributions.
1972-1975 – Premières cliniques d’avortements, acquittement du Dr Henry Morgentaler.
1974 – Un comité d’étude de l’Association féminine d’éducation et d’action sociale (AFEAS) entreprend une enquête sur la condition et la situation des femmes qui travaillent dans l’entreprise de leur mari, sans salaire, ni rémunération, ni reconnaissance. Elle démontre que toutes les femmes collaboratrices de leur mari dans une petite entreprise sont confrontées à des problèmes communs et qu’une action s’impose.
1975 – Charte québécoise des droits et libertés de la personne.
1978 – Loi sur les normes du travail et mesures légales de protection des travailleuses enceintes ou se prévalant du droit aux congés de maternité.
1979 – Lors du congrès général de l’UPA, trois représentantes de chacune des fédérations régionales participent à un atelier pour les femmes collaboratrices afin de définir le statut de collaboratrice.
1980 – Nouveau Code civil qui reconnaît l’égalité des époux.
1980 – Le congrès général accepte la création d’un comité de la femme collaboratrice pour se donner les moyens d’étudier le rôle et le statut de la femme du producteur agricole au sein de l’UPA. Ce comité conclut que le statut de la femme dans l’Union doit être celui de productrice agricole.
1981 – Droit au retrait préventif de la travailleuse enceinte ou qui allaite (CSST).
1981 – Le congrès général de l’UPA accepte la recommandation du comité de tenir un colloque provincial des femmes en agriculture.
1983 – Journée d’étude provinciale sur la situation de la femme en agriculture. À cette occasion, les participantes demandent, entre autres, à l’UPA de former des comités dans toutes les régions du Québec, supportés techniquement et financièrement par l’Union; ce qui fut accepté.
1986 – Loi sur le financement agricole élimine la clause discriminatoire excluant la conjointe du droit à la prime à l’établissement, tout le monde agricole avait alors réalisé un immense progrès en matière d’Équité. Toutefois les conjointe de 40 ans et plus se voyaient encore refuser l’accès à la propriété.
1987 – Fondation de la Fédération des agricultrices du Québec
De cette façon, les femmes et les hommes en agriculture partagent leur quotidien, non seulement dans chacune des entreprises, mais aussi dans les lieux décisionnels.
1989 – Loi sur le patrimoine familial, partageant en parts égales de la valeur des biens composant le patrimoine familial lors de la rupture du couple.
1989 – Reconnaissance des épouses collaboratrices comme salariées.
1990 – Le Ministre de l’Agriculture, Yvon Picotte, a annoncé au congrès général qu’entrait en vigueur le programme d’accès à la propriété pour les conjoints et conjointes de 40 ans et plus.
1993 – Mission en France portant sur la mise en marché avec la participation de 10 agricultrices du Québec.
1994 – Reconnaissance officielle de la valeur socio-économique de la contribution des agricultrices par la déclaration du Manitoba.
1995 – Perception automatique des pensions alimentaires.
1996 – Régime d’assurance-médicaments universel.
1996 – Loi sur l’équité salariale.
1996 – Politique familiale et création du réseau des centres de la petite enfance.
2001 – Création de la Financière agricole du Québec.
2005 – Charte mondiale des femmes pour l’humanité.
2005 – Prix CSST dans le cadre du concours Initiatives de prévention à la ferme pour la création d’une pancarte.
2006-2008 – Lobby visant à ce que les Agricultrices aient le droit d’obtenir des congés parentaux (RQAP). Toutes les travailleuses autonomes ont bénéficié de ce droit.
2007 – Parité hommes-femmes au Conseil des ministres pour la première fois au Québec.
2008 – Réalisation de l’étude Les agricultrices qui sont-elles? du MAPAQ.
2008 – Régime québécois d’assurance parentale (RQAP).
2008 – Modification de la Charte des droits et libertés de la personne donnant à l’égalité entre les hommes et les femmes un statut constitutionnel.
2010 – Le gouvernement du Québec termine l’exercice complet de l’équité salariale.
2012 – Les syndicats locaux possèdent des postes réservés aux agricultrices au sein de l’UPA et financement quinquennal extraordinaire à la Fédération des agricultrices par l’UPA.
2012 – Pauline Marois devient la première femme élue première ministre du Québec.
2012 – L’Assemblée nationale adopte une motion unanime demandant au gouvernement fédéral de cesser de remettre constamment en question le droit à l’avortement.
2015 – Consultation provinciale « Femmes et ruralité ».
30ansFAQ FINAL
6.9 MiB
Détails