En réponse à un article du 31 octobre 2019 dans

Force est d’admettre, qu’en voyant le nombre de commentaires dégradants et empreints d’incompréhension, qu’il est impératif de maintenir ce sujet actif et de mieux l’expliquer. Une politique d’égalité homme-femme permet simplement de mieux cibler les interventions pour favoriser la présence des femmes dans les instances, de faciliter l’atteinte des objectifs fixés par l’organisation et de démontrer et de faire la promotion de l’ouverture qui est faite aux femmes dans l’Union. Sans plus.

Les Agricultrices du Québec, comprennent mal que plusieurs femmes, dont de jeunes agricultrices, perçoivent négativement ce type mesure, qui, en soit, n’est nullement une menace pour quiconque au sein de l’UPA. L’objectif de ce genre de démarche n’est certainement pas de mettre des “femmes poteau” parce que ce sont des femmes, ni même de créer des postes spécifiques aux femmes.

L’objectif est de stimuler et dynamiser la relève syndicale de l’Union dont plusieurs syndicats peinent à trouver des candidats et des candidates pour combler ou renouveler leurs postes au sein de leurs conseils d’administration. Il faut élargir les horizons lorsque vient le temps de cibler les meilleures personnes pour prendre les décisions qui concernent l’ensemble des productrices et producteurs agricoles. Des femmes compétentes il y en a plein. Il suffit d’aller les recruter intelligemment.  Rien n’est imposé.

 

Jeannine Messier
Présidente