Jeannine Messier, présidente

 J’aime mes enfants et mes petits-enfants.
Je n’aime pas l’incohérence.
 Mon souhait pour les Agricultrices du Québec : que toutes les organisations féminines ne soient plus nécessaires.
Jeannine Messier est fille et épouse de producteurs et productrices agricole ainsi que mère de 4 enfants et grand-maman de 11 petits-enfants. Elle est propriétaire unique de Ferme Équinoxe depuis 2010 en culture maraîchère et céréalière avec volet agrotouristique, après avoir été productrice  de porc et grandes cultures sur la ferme de son conjoint pendant 28 ans.
Elle est officière et chevalière de l’Ordre National du mérite Agricole et en est fière. Le croyiez-vous, elle est diplômée en coiffure et esthétique?  Une recommandation d’un conseiller en orientation qui la décourageait de s’inscrire à l’ITA  « parce qu’il y a juste des gars dans ces écoles-là. » Mais elle a toujours su qu’elle serait productrice agricole et a pris les moyens pour y arriver avec les défis que cela comporte.
Ses modèles étaient ses parents. De son père, elle retient que le travail n’a pas de genre, il doit juste être accompli. De sa mère, elle retient le pouvoir indéfectible du travail, il n’y a qu’une façon d’y arriver, c’est en travaillant.
C’est ce qui fait d’elle une personne passionnée et persévérante.

France De Montigny, directrice générale

J’aime inventer de nouvelles recettes.
Je n’aime pas marcher sous une pluie froide.
Mon souhait pour les Agricultrices du Québec : être une organisation incontournable dans le monde agricole.
Issue de la grande ville, France a un parcours académique atypique passant de l’arpentage à l’écologie pour terminer sa formation avec un baccalauréat en biologie. Elle a accumulé beaucoup d’expérience en gestion de projet et en travail de concertation dans le milieu communautaire montréalais. En effet, elle a été successivement et parallèlement coordonnatrice, consultante, chargée de projet et enseignante. En 2013, France est embauchée comme coordonnatrice au sein de la Direction recherches et politiques agricoles de l’UPA avant d’être promue directrice générale des Agricultrices du Québec en juin 2018.
Forte de ses expériences dans le monde communautaire, agricole et en condition féminine, France aspire à faire croître les Agricultrices du Québec et à bonifier l’offre de services pour les productrices agricoles de la province.

Patricia Saccente, secrétaire de direction

J’aime aider et faire plaisir aux gens.
Je n’aime pas être ignorée.
Mon souhait pour les Agricultrices du Québec : que l’ensemble des femmes du milieu agricole concède la pertinence de l’organisation.
Le 10 janvier 1994, Patricia Saccente a débuté au sein de la grande famille de l’UPA en faisant un stage aux Éleveurs de porcs pour obtenir son diplôme d’études professionnelles en secrétariat. Dactylographier des étiquettes et des lettres (à son arrivée), mettre en page des documents (avec l’utilisation des ordinateurs), organiser des conférences de presse et seconder les gestionnaires en période de crise (dont celle de l’autoroute 20, en 1998) sont des expériences qu’elle a acquises pendant ses 14 ans à l’emploi du secteur porcin.
Après un arrêt de quelques années où elle a concilié travail-famille, elle est retournée au 555, boulevard Roland-Therrien, à Longueuil, mais cette fois-ci, au sein des Agricultrices du Québec. Depuis mars 2010, elle occupe le poste de secrétaire de direction où elle y a débuté avec comme seule collègue, la présidente.
Aujourd’hui, entourée de quatre belles et talentueuses personnes, elle peut mettre ses compétences à leurs services. Aussi, elle peut contribuer à faire avancer les dossiers qui concernent les femmes en agriculture et participer à mettre de l’avant de nouvelles initiatives.

Diana Toffa, chargée de projet en entrepreneuriat

J’aime visiter des pays qui ont une civilisation très ancienne et chargée d’histoire (comme l’Égypte et ses pyramides).
Je n’aime pas qu’on fasse du mal aux animaux (mais ça ne s’applique ni aux moustiques ni aux coquerelles).
Je souhaite aux Agricultrices du Québec une longue vie, mais surtout, qu’on reconnaisse l’organisation à sa juste valeur.
En tant qu’agente de projets aux Agricultrices du Québec, Diana Toffa coordonne le projet en entrepreneuriat agricole au féminin depuis octobre 2019. À ce titre, elle est chargée de mettre en œuvre les activités du projet, d’en assurer le suivi et la gestion financière.
Titulaire d’un baccalauréat en droit, elle possède également une maîtrise en administration publique. Aussi, elle a un cheminement professionnel varié avec plusieurs expériences en coordination de projets, en analyse de politiques et en employabilité. En effet, son parcours professionnel l’a amenée à gérer plusieurs types de projets d’information juridique et de développement international portant notamment sur les violences faites aux femmes et sur l’entrepreneuriat féminin. En plus de ses excellentes capacités de communication, de rédaction et de vulgarisation, Diana a un intérêt particulier pour tout ce qui touche à la justice sociale, à l’égalité femme-homme, aux droits de la personne et aux populations vulnérables.


 

Geneviève Lapalme, agente de mobilisation et de recrutement

J’aime marcher en forêt et un bon fou rire en groupe.
Je n’aime pas les champignons et la fermeture d’esprit.
Mon souhait pour les Agricultrices du Québec : que l’organisation rassemble, regroupe, mobilise, représente et reste un filet de sécurité pour les droits des femmes et soit un porte-voix fort pour elles en agriculture au Québec.
L’agriculture est une passion pour Geneviève Lapalme, qui s’est jointe à l’équipe des Agricultrices du Québec à titre d’agente de mobilisation. Et elle compte bien utiliser ses expériences en politique fédérale comme attachée politique ou lors de campagnes électorales pour donner un bon coup de pouce aux Agricultrices du Québec à mobiliser et recruter des membres et candidates potentielles.
Sa formation en journalisme et en études féministes lui a permis de se frayer un chemin à Radio-Canada et à maîtriser l’art de communiquer un message clair et efficace, adapté aux différents publics cibles à travers les médias traditionnels et numériques.
Ayant grandie sur une ferme laitière en Montérégie, elle observe l’évolution de la place des femmes dans cet univers depuis son enfance à travers l’expérience de copropriétaire de sa mère et l’expérience professionnelle de ses deux sœurs qui travaillent toujours dans le monde agricole. Geneviève souhaite contribuer à faire de l’agriculture québécoise un modèle exemplaire inclusif, où la contribution de tous soit reconnue à sa juste valeur.


Marie-Joëlle Dubreuil, agente de mobilisation et de recrutement

J’aime voyager.
Je n’aime pas faire du ménage.
Mon souhait pour les Agricultrices du Québec : être une référence pour chaque femme du milieu.
Marie-Joëlle Dubreuil est l’une des deux nouvelles agentes de mobilisation aux Agricultrices du Québec. Titulaire d’un baccalauréat en communication-marketing, Marie-Joëlle a fait son chemin dans le domaine philanthropique. Rechercher du financement, créer des événements de levées de fonds, mobiliser des gens autour d’une même cause et recruter des bénévoles sont de nombreuses compétences qu’elle a développées au fil des ans. Son expérience dans les OSBL sera certainement utile pour son nouveau poste avec nous!
Mère de deux jeunes enfants, la conciliation travail-famille est un enjeu du quotidien pour elle. Au travers de son mandat avec nous, Marie-Joëlle souhaite rassembler davantage de femmes autour de notre mission afin de leur démontrer qu’ensemble nous sommes plus fortes.
ici